La période appelée "Hivernage" commence en fait le 28 août 1950; date à laquelle le dernier échelon du groupe d'été de l'expédition quitte la Station Centrale pour rejoindre la côte ouest du Groenland et rentrer en France.

Les travaux de remise en état de la station continuent durant plusieurs semaines encore; même durant l'hivernage, les trappes de sortie devront être modifiées et adaptées au niveau du névé perpétuellement changeant; la voûte des couloirs qui s’affaisse, devra être recreusée; les plafonds de la cabane d'habitation et des cabines laboratoires devront être consolidés.

Les observations météorologiques, but essentiel de la Station, les travaux de recherches de glaciologie et de physique atmosphérique, se poursuivent normalement jusqu'au 21 septembre, date à laquelle les hivernants sont informés par un télégramme de Paris que l'avion devant effectuer encore trois vols de ravitaillement pour l'hivernage (comportant notamment 10000 litres d'essence, un moteur et des pièces de rechange pour le groupe électrogène, un important matériel de radio-sondage, et plusieurs tonnes de vivres) vient de s'écraser, en rentrant d’un voyage au Luxembourg, contre la haute calotte glaciaire du Vatnajökull dans le sud-est de l'Islande. L’équipage, seul à bord, s'est tiré sans dommage sérieux de la catastrophe, mais l'appareil est totalement détruit.

Le ravitaillement aérien devenant ainsi fort problématique, un régime d'austérité est instauré à la Station Centrale où toutes dispositions sont prises pour passer l'hiver sans nouveau ravitaillement:  réduction des heures de marche du groupe électrogène, donc du trafic radio, de l'éclairage électrique et de certains travaux, horaire d'activités approprié, rationnement de certains vivres (viande, farine).

Les hommes s'organisent comme ils le peuvent et chacun travaille à ses missions, pour Bernard il devra continuer de faire ses relévés météorologiques.

photo7photo10

photo6photo8